Retour à la page d'accueil

Trier et stocker une montagne de déchets sauvages pour préserver les riverains à Saida au Liban

À Saïda, au Liban, des déchets se sont transformés en une montagne nauséabonde et périlleuse pour la santé et l’environnement. SUEZ intervient en 2013 pour construire un site performant et sécurisé de stockage, de valorisation et de tri des déchets. Sa valeur ajoutée ? Des solutions personnalisées, la volonté de rendre à la population locale des espaces sains mais aussi de l’impliquer dans leur préservation.
La mission

Éviter une catastrophe environnementale et sanitaire à Saida, au Liban

Saida compte parmi les trois plus importantes villes du Liban. Depuis 40 ans, elle déverse ses déchets à ciel ouvert. À la fin des années 2000, les détritus s’accumulent sur plus de 50 mètres de haut. 3 hectares souillent la faune et la flore du littoral. L’air comme les terres sont pollués. La santé des 250 000 habitants est alors en question. 
200
tonnes de déchets sont déversés en moyenne par jour
1 000 000
m3
de déchets forment une montagne située à 1 km du bord de mer
220
km
c’est la distance depuis la côte où flottent encore les déchets de la décharge sauvage
Notre réponse

Rayer de la carte la décharge sauvage grâce à une gestion des déchets durable

En 2013, SUEZ, associé à une entreprise nationale locale, met à l’œuvre ses expertises pour trier, traiter et valoriser les déchets de Saida. Avec un budget de 25 millions de dollars alloués dans le cadre d’un programme des Nations Unies, SUEZ et ses partenaires vont rayer la décharge sauvage de la carte du Liban. Un nouveau site de stockage, de valorisation et de tri des déchets voit le jour après 18 mois de travaux.


Nous avons réhabilité le site selon une vision environnementale et sociétale, en veillant à : 

  • Catégoriser les traitements pour mieux les sécuriser
  • Plus de 25 points de prélèvements dont certains jusqu’à 43 km de profondeur ont permis une analyse multiparamètres de l’existant. Des engins spécialisés sont intervenus pour fiabiliser la zone. Un laboratoire contrôle tous les déchets.


  • Répondre à une gestion globale par une approche personnalisée
  • Le traitement des déchets s’inscrit désormais dans une véritable filière régionale favorisant le stockage, la valorisation matière et énergétique. 


  • Assainir l’air et les eaux pour améliorer la santé des habitants 
  • Un programme contre les nuisances olfactives (NOSE) et un réseau de collecte et de traitement des biogaz sont aujourd’hui déployés. NOSE est une solution innovante de Suez, qui identifie, traite et surveille les odeurs des opérations d’exploitation. Au total, plus de 120 chercheurs travaillent sur les solutions durables en faveur de la qualité de vie des populations.


  • Rendre à la population l’usage de son environnement
  • Redevenu un espace sain, 33 000 m2 ont été transformés en jardins publics dont une partie en théâtre de plein air. Des programmes de sensibilisation encouragent chacun à s’approprier les nouveaux usages du traitement des déchets.

Les résultats
Près de la moitié des déchets de la décharge sauvage a été triée, l’autre moitié stockée sous la surveillance d’un laboratoire de contrôle. Les risques majeurs tant en termes d’environnement que de santé publique ont ainsi pu être évités.

Dorénavant, la filière incinération permet de valoriser 95 % des déchets produits par Saida et la filière multivalorisation, plus de 85 %.

Le port a été réimplanté sur un site assaini et les déchets en mer considérablement réduits. Au-delà des installations de traitement et de valorisation des déchets, SUEZ a bâti un projet en accord avec la culture locale (filières, espaces publics…) et posé les fondements du développement durable de cette partie de la ville. 
 
600 000
tonnes de déchets ont été triées à partir de la décharge sauvage
700 000
tonnes de déchets ont été stockées en sécurité sous la vigilance d’un laboratoire de contrôle 
12
mois de suivi post réhabilitation ont été effectués par les équipes de Suez
Recherches les plus fréquentes
TOP